Innovations alimentaires : cultiver l’expérience client en créant la surprise.

Communication - Marketing Emotion et Gourmandise Epicerie 12/07/2018

Si les figurines et cartes à collectionner vendues « en aveugle » font des émules depuis plusieurs décennies, la déclinaison du concept du « blind » dans l’alimentaire commence également à faire du bruit… Place à la surprise, à une époque où le numérique et la data permettent de prévoir (presque) tout.

Ces ados et pré-ados de la Génération Z qui s’envoient des photos éphémères via Snapchat, expriment leur humeur par des Emoji ou partagent leurs coups de cœur sur Instagram, forment une génération de pures digital natives.

Et si, sur certains domaines, l’appartenance à un groupe les mène au mimétisme, ils aiment néanmoins les surprises et les nouvelles sensations : ils veulent non seulement des produits spécifiques mais qui offrent également des expériences atypiques.

Le blind test chez Pom’Potes

Surprise Pom

Les Pom’Potes Crazy offrent à leurs consommateurs une expérience de blind test, les mettant au défi de reconnaître les différents parfums que renferme la gourde de compote qu’ils dégustent. Quatre recettes sont indiquées sur chacun des packs, mais seulement deux sont présentes, sans aucune indication pour orienter le dégustateur.

 

Le challenge Jelly Belly

Surprise Jelly Belly

Si les mauvaises surprises sont bannies chez Pom’Potes, ce n’est pas le cas pour Jelly Belly. Le concept repose en effet sur le « cap ou pas cap« . En effet, la moitié des bonbons du paquet présente des goût plaisants comme banane, fraise, coco, poire ou pop-corn alors que l’autre moitié est au goût de poisson pourri, de vomi, de nourriture pour chien, de chaussettes puantes ou de crottes de nez… Et impossible de distinguer les bons des mauvais puisqu’ils chaque recette au « mauvais goût » est parfaitement identique visuellement à une recette au « bon goût ».

Le mystère chez Carambar : un emballage unique qui crée la surprise

Surprise carambar

Les Carambar Mystery offrent un assortiment de quatre goûts : il y a deux parfums acides et deux parfums doux mais tous les bonbons sont emballés dans un emballage identique ce qui fait que le consommateur ne sait sur lequel il va tomber.

Les box mensuelles suscitent une émotion au-delà de fournir des produits.

Surprise boxLes adultes aussi aiment les surprises… Si le paysage des box est plutôt dominé par le secteur de la beauté, depuis quelques années, le marché des box alimentaires mensuelles tente de se faire une place dans un paysage concurrentiel. Il se diversifie avec des offres allant de l’épicerie fine, au vin en passant par les formules nutrition-santé.

Pour fidéliser leurs abonnés, les box misent sur l’expérience et l’effet de surprise. Les personnes n’ont en effet pas connaissance, à l’avance, des produits que contiendra le colis reçu.

Nos vies n’ont jamais été aussi prévisibles.

Yuka vous dit quoi manger à la maison, Tripadvisor ou Yelp vous dit où et quoi manger au restaurant, Google Maps vous dit où aller, Meeting vous dit qui rencontrer… Sans compter la mine d’or que représente le « Big Data » aux yeux des marketeurs quand il s’agit de vous proposer le produit qui vous convient le mieux à chaque instant de votre vie.

Si ces outils permettent de rendre les métiers du marketing plus efficaces, ils retirent également aux marques leur part de surprise qui renforce l’attention des consommateurs.

Pourtant la surprise est addictive, modifie les comportements, booste les émotions.

Alors que les responsables marketing rivalisent d’ingéniosité pour agir toujours plus rapidement et se différencier des concurrents, peut-être devraient-ils penser plus souvent à promouvoir le « capital surprise » des marques. Tout est question d’imagination, associée à une petite dose de témérité voire d’extravagance…

Restez informé.e en vous inscrivant à la newsletter