Retour sur Foodtech à la Digitale Tech Conference

Foodtech et Connecté RHD 11/12/2018

La 4ème édition de la Digitale Tech Conference, organisée par La french Tech Rennes Saint Malo, s’est tenue le 30 novembre à l’Opéra de Rennes.
Focus sur la Foodtech.

Aliment du futur, restaurant du futur robotisé, plateformes digitales de réservation ou de livraison… Quelles sont les nouveautés en matière de Foodtech ?

Plusieurs sujets Food furent abordés lors de cette Digitale Tech Conference :

  • La Blockchain
  • Une battle « Consommateurs versus producteurs, qui seront les plus moteurs? »
  • Pazzi, la robotulation de la restauration rapide.
 
Une journée enrichie également par des mini reportages vidéos illustrant les initiatives bretonnes en matière de Foodtech :
 
  • Ferme Directe : une plateforme internet, véritable assistant personnel pour définir vos stratégies de ventes et d’achats des produits agricoles. Ferme Directe est aussi un lieu de communication collective, regroupant la force des producteurs pour mettre en avant la qualité des produits.
  • Happybiote,le coaching qui booste le microbiote.
  • Frigomagic, une application de cuisine pour tous les jours avec pour ambition de limiter le gaspillage, réaliser des économies, apprendre à cuisiner et gagner du temps !
  • MiiMOSA, la plateforme de crowdfunding de la FoodTech. C’est la 1ère plateforme de financement participatif exclusivement dédiée aux acteurs de l’agriculture et de l’alimentation.
 

Focus sur PAZZI, le robot pizzaïolo !

La foodtech au service de la restauration rapide

 

La start-up française EKIM, dirigée par philippe Goldman, ex-cadre de chez L’Oréal, propose un concept de restauration 100% autonome, de la commande à la réception.

La start-up développe PAZZI – qui veut dire « fou » en Italien-, un concept de restauration rapide clé en main, imaginé par deux ingénieurs français, Sébastien Roverso et Cyrill Hamon. Ce concept propose pizza, boissons, desserts et salades préparés par des robots pizzaiolos.

 

Robot pazziDes robots oui… mais à visée de la restauration rapide !

 

La robotique proposée par EKIM se veut être une aide pour la restauration et non un destructeur d’emploi, une sorte de réponse au manque d’emploi dans le secteur de la restauration aujourd’hui. Le robot permettra d’effectuer le travail à la chaine nécessaire à la fabrication d’une pizza.

Pazzi se positionne sur un créneau « fast good » et prévoit d’offrir des ingrédients de qualité.

Les avantages avancés par la start-up EKIM :

  • Des points de vente ouverts 24H/24 et 7j/7, et contrôlables à distance
  • Une rapidité d’exécution en 30 secondes
  • Une solution optimale pour les lieux à fort trafic comme les gares, aéroports, les grands boulevards, les campus, les grands magasins ou encore les centres commerciaux.
 
Plus de 500 000 combinaisons de recettes sont disponibles, et celà à toute heure permettant de personnaliser sa pizza à l’infini.
 

triple champion du monde de PizzaLa caution du Chef pour une promesse : la mécanique versus le goût !

 

Ekim s’est entouré du triple champion du Monde de la pizza, le chef Thierry Graffagnino. Il collabore aux recettes et au sourcing des ingrédients :

  • une farine bio (et bonne !),
  • des tomates cultivées en Italie,
  • des fromages AOP,
  • du jambon clean label BBC,
  • des poissons issus de la pêche durable.

Ekim surfe sur la sphère du Branding des Chefs, largement utilisé dans l’industrie agroalimentaire, pour promouvoir ses robots. Thierry Graffagnino, passionné par les produits, la cuisine italienne et les pizzas, est une caution permettant une mise en avant pouvant contribuer au succès du restaurant.

 

Experiences visuelle et éducative

 

Afin de miser sur l’ultra-personnalisation et le divertissement des consommateurs, ces derniers assisteront à un « show cooking » : les robots préparent la commande avec des mouvements programmés. De part la démonstration réalisée, les concepteurs parient sur un rôle éducatif du robot pour sensibiliser le consommateur à « Une pizza, c’est quoi ? », « Comment cela se prépare ? » etc…

 

 

Comment réagiront les consommateurs à l’arrivée des robots humanoïdes dans un secteur extrêmement humain et artisanal ? Ekim mise sur le fait qu’il y a un siècle nos usines étaient aussi très humaines et que cela ne choque plus personne que ce soit des robots qui assemblent les pièces… Dans la restauration rapide, des préparateurs sont soumis à des process mécanisés comme l’industrie et le fordisme en son temps. Est-ce que la robotique pourra aider à créer quelque chose de positif dans cette optique ?

Restez informé.e en vous inscrivant à la newsletter