Plein air et pâturage : des arguments qui séduisent les consommateursOffre versus demande : quelles sont les attentes des consommateurs sur ce sujet ? Quelle offre proposent les industriels et de quels arguments marketing sont avancés ?

Viandes - Poisson - Œufs Benchmarks et faits marquants Ethique et Responsable 03/10/2019

Sachant que 60 % des consommateurs souhaitent un accès au plein air pour les animaux d’élevage, les marques peuvent faire la différence sur cette promesse !

Le pâturage a su faire la différence dans les univers laitier et volaille (sur la filière fermière Label rouge avec la mention « élevé en plein air »). Aujourd’hui la viande de boucherie exploite également cette promesse, particulièrement plébiscitée par les consommateurs.

C’est ainsi que Bigard lance cet automne la marque « Plein Air » aux côtés de « Mon haché boucher » et de « Sélection » (Label rouge, races à viandes…). Le produit « Plein Air » garantit un élevage en pâturage durant cinq mois par an au minimum (en fonction des aléas climatiques). A l’appui, la photo sur la barquette de bovins broutant dans un pré.

« Plein air » est testé sur des hachés striés pur bœuf (origine France), en remplacement de la gamme « Le haché de nos régions ». Sont ainsi proposées quatorze références, en formés et en vrac, en 5 %, 15 % et 20 % MG

A noter que la gamme est également la première à porter le Nutri-Score (entre A et C), les autres références de la marque suivront par la suite.

Plein air, nourri à l’herbe, pâturage (…) représentent de vrais atout de différenciation.

Même si l’accès au plein air est de mise dans une grande partie des exploitations de bovins, les consommateurs n’en ont pas conscience et pensent souvent à tort que l’élevage bovin français est intensif.

Quelles connaissances a la société civile vis-à-vis de l’élevage en France ?

Source : projet ACCEPT, la controverse sur l’élevage – mieux la comprendre pour agir en faveur d’un élevage bien accepté.

Entre inquiétudes, intérêt pour l’élevage et empathie envers les éleveurs, les citoyens-consommateurs sont partagés :

  • 57% reconnaissent mal connaître l’élevage
  • 60% se disent intéressés par les émissions et les articles sur l’élevage
  • 52% se déclarent insatisfaits du respect de l’environnement par les éleveurs
  • 60% sont satisfaits de l’entretien des paysages par l’élevage
  • 59% sont insatisfaits des conditions de vie des animaux en élevage
  • 60% considèrent qu’offrir un accès au plein air à tous les animaux est une priorité

Quelles sont les attentes des consommateurs sur ce sujet ?

Le projet ACCEPT (2014-2017) avait pour objectif d’apporter des connaissances scientifiques nouvelles sur les mouvements de société. Il a permis notamment d’établir une cartographie des controverses sur l’élevage français, s’appuyant sur des entretiens et une analyse bibliométrique.

Dans le cadre de ce projet, il a été demandé aux personnes interrogées de hiérarchiser trois critères d’achat prioritaires dans une liste prédéfinie.

 

  • L’origine française des produits est citée le plus souvent en première position ;
  • Mais globalement (en 1ère, 2ème ou 3ème place), c’est le fait que les animaux soient élevés en plein air qui revient le plus fréquemment.
  • Enfin, 69% des personnes interrogées estiment ne pas être suffisamment informées sur les conditions d’élevage des animaux ayant fourni les produits qu’ils achètent ; l’étiquetage des produits selon le mode d’élevage (plein air ou non) fait quasiment l’unanimité (97% de personnes favorables).

La réponse des industriels : de plus en plus d’innovations mettent en avant l’accès au plein air

 

Ainsi, les préoccupations concernant le logement des animaux et en particulier l’accès au plein air et à l’herbe, l’éclairage (naturel ou non), le confort des litières, la liberté de mouvement et les densités d’animaux impactent particulièrement l’image qu’ont les consommateurs de la filière.

Il apparait donc indispensable pour les industriels que soient davantage mises en avant on-pack des promesses en ce sens…

Restez informé.e en vous inscrivant à la newsletter