“Let my meat be meat” : à chaque catégorie de produit l’appellation qui lui est propre…Alternatives végétales : place à la créativité pour inventer de nouvelles têtes d'affiche à l'offre de substituts de viande et de lait.

Viandes - Poisson - Œufs Alternatives végétales 24/06/2019

Afin d’assurer une réelle transparence, les professionnels des filières laitières et carnées estiment qu’il convient d’éviter l’utilisation de dénominations identiques pour des produits différents.

Le virage vers le vegano-végétarisme stimule l’innovation et les alternatives non carnées/laitières n’ont jamais été aussi nombreuses, goûteuses et bon marché. Au même moment, les mises en garde vis à vis de la « surconsommation » de viande n’ont jamais été aussi médiatisées.

Dans ce contexte, le débat persiste quant aux appellations : faut-il repartir de zéro, inventer de nouvelles dénominations, une identité propre ? Ou vaut-il mieux capitaliser sur l’ancrage des produits carnés dans la culture populaire ? Jusqu’ici, c’est l’hypothèse du mimétisme qui avait été retenue.

Mais, puisque chaque produit alimentaire est composé d’ingrédients spécifiques et dispose de caractéristiques nutritionnelles qui lui sont propres, chacun s’interroge sur le fait qu’il devrait également bénéficier d’une appellation originale.

L’univers des substituts aux produits laitiers réfléchit à de nouvelles appellations…

La réglementation encadrant les termes des produits laitiers a été adoptée et les dénominations des laits, fromages ou crèmes sont aujourd’hui protégées.

Des appellations purement mimétiques aux appellations génériques en passant par des jeux de mots et dénominations détournées, l’univers laitier est en pleine réflexion…

 

L’univers des simili-carnés devra-t-il également se ré-inveenter ? Du moins au niveau des dénominations ?

Le CLITRAVI  (Liaison Centre for the Meat Processing Industry in the European Union) réunit, au niveau européen, les fédérations de transformation des viandes des États membres. La structure est à l’initiative d’une pétition européenne pour que les dénominations des viandes soient réservées aux viandes … et uniquement aux viandes.

« Les salamis, jambons, saucisses, et autres mortadelles, ont toujours été élaborées avec de la viande. Cette tradition millénaire doit être maintenue. Une norme de commercialisation simple doit être adoptée afin d’en protéger leurs dénominations à réserver aux produits carnés. Car les consommateurs les ont toujours associées et les associeront toujours aux aliments à base de viande ».

Il est bien précisé qu’il ne s’agit pas d’une pétition contre les aliments végétaliens/végétariens, mais contre l’idée trompeuse qu’un produit végétalien pourrait remplacer le produit « mimé » sur le plan nutritionnel, être plus sain ou plus respectueux de l’environnement.

 

Selon les fédérations de transformation des viandes, les consommateurs doivent pouvoir choisir leurs aliments à partir d’informations fiables, qui reflètent équitablement les caractéristiques du produit.

 

Quelles seront demain les têtes d’affiche de l’offre veggie ? Affaire à suivre…

Restez informé.e en vous inscrivant à la newsletter