Le Recho ou la cuisine comme ingrédient de réconfort, d’accueil et d’intégrationAction solidaire et restauration

RHD Ethique et Responsable 19/08/2019

Globalement, la « consommation » responsable est en pleine croissance. De plus en plus d’individus se mettent à adopter de nouveaux modes de consommation, de nouvelles façons de faire leurs courses, et tentent d’avoir un impact plus positif sur la société et sur l’environnement.

A l’image du Refugee Food festival, évènement qui met à l’honneur les talents culinaires et la gastronomie de pays d’où viennent les réfugiés, le RECHO – REfuge, CHaleur, Optimisme-, après avoir silloné la France et l’Europe à bord d’un foodtruck, se pose dans le 16ème arrondissement et garde sa mission de créer du lien social au travers de la cuisine, entre les populations locales et réfugiées toute l’année !

 

Au départ en 2016, un projet solidaire mené par des cuisinières professionnelles avec pour objectif principal de s’unir autour d’un foodtruck, pour ramener de la vie, par la cuisine, dans les camps de réfugiés
2019, la TABLE DU RECHO s’installe dans le 16ème arrondissement, au 51 bd d’Exelmans, aux Cinq Toits, un lieu composé de trois centres d’hébergement et tenu par l’association Aurore, spécialisée dans l’hébergement, l’insertion et le soin de populations fragiles, notamment des réfugiés.
Parmi les 350 personnes hébergées dans cette ancienne caserne de gendarmerie, sept résidents travaillent au restaurant solidaire, ouvert au public du mercredi au dimanche.
De par ses différentes missions, l’association le RECHO illustre la tendance éco-responsable de la restauration hors domicile, à la fois respectueuse de l’environnement, bénéfique pour l’économie (notamment locale), bonne pour la santé, mais aussi positive pour la société !

Vecteur d’hospitalité

Depuis quelques années, de plus en plus d’initiatives s’emploient à proposer un autre regard sur les personnes migrantes, notamment en misant sur leurs compétences :
  • Le RECHO cuisine avec et pour les réfugiés environ 500 repas plutôt végétariens (mais pas seulement) par jour.
    Les ateliers de cuisine sur les camps se font avec les réfugiés et les bénévoles locaux, permettant un partage de connaissances et une cuisine fusion !

 

Lutte contre le gaspillage alimentaire grâce à des conventions entre partenaires :

  • Les Incroyables Comestibles afin de planter des jardins partagés ainsi cette démarche permet également un accès aux formations en lien avec les métiers de la terre (permaculture, apiculture, maraichage…),
  • ou encore Terroirs d’Avenir, qui a permis un partenariat pour la récupération des invendus…
Le RECHO a d’ailleurs été lauréat des trophées AGRICA ( lutte contre le gaspillage alimentaire) dans la catégorie solidarité.
La carte se veut également éthique, responsable et intelligente : produits bios, locaux et une carte très courte.
Les assiettes sont majoritairement végétariennes et certains produits « énergivores » sont exclus.  Vins natures, bières locales,  bissap, kefir, thé glacés maison, jus artisanaux accompagnent le repas servis dans des assiettes de récup également.

 

Intégrer et restaurer

Outre la découverte de traditions culinaires du monde entier, le RECHO poursuit ses objectifs, ceux de :
  • contribuer à l’insertion sociale et professionnelle de personnes en difficulté,
  • assurer la possibilité d’une formation aux métiers de la restauration pour offrir à ceux qui le désirent la possibilité d’une insertion professionnelle,
  • animer des ateliers de cuisine dans les camps pour faire se rencontrer les cultures et réunir les êtres, humains dans la convivialité d’un bon repas,
  • mettre en place du portage de repas aux seniors isolés,
  • « restaurer » les convives, et « restaurer » la confiance en soi.

Forte de son succès, l’association, qui a ses début était financée uniquement par du mécénat, grandit et développe très rapidement une activité commerciale de traiteur BtoB pour compléter ses ressources. Avec l’appui d’ANTROPIA ESSEC, le RECHO réfléchit à une structure juridique et stratégique, qui lui permettrait de garder l’état d’esprit collaboratif, tout en créant une économie.

La Table du RECHO souhaite transformer le concept du « restaurant » en un « lieu qui restaure le monde en restaurant les Hommes ».

 

 

 

Restez informé.e en vous inscrivant à la newsletter