Concours Givaudan 2019 : « Sénior, sans l’être »La 14 ème édition du concours Givaudan en partenariat avec la licence professionnelle DRACI portait sur le thème "Sénior, sans l'être"

Ethique et Responsable RHD 26/03/2019

La 14 ème édition du concours Givaudan en partenariat avec la licence professionnelle DRACI portait sur le thème « Sénior, sans l’être ». A l’heure de la séniorescence, les adultes de 50-60 ans ne se retrouvent pas toujours dans l’offre du marché français. Une occasion pour les étudiants du DRACI de mettre cette cible à l’affiche !

Pour la 14 ème édition, les étudiants du DRACI (Licence professionnelle Développement Recherches en Art Culinaire Industrialisé, Université de Rennes 1 & Agrocampus Ouest) participaient au concours culinaire Givaudan. Pour la troisième année consécutive, les DRACIENS ont fait équipe avec des étudiants en Design de LISAA de Rennes afin de parfaire le volet marketing incluant le packaging et la communication.

Ce concours a pour vocation de récompenser les étudiants pour leur capacité à transférer leur expertise culinaire aux contraintes de l’industrie agroalimentaire.

Le défi 2019 « Sénior, sans l’être » incluait cette année des nouveautés !

Le brief

« Vous êtes une Start-up de jeunes entrepreneurs, et vous avez identifié un réel potentiel de croissance au sein de la cible consommateur des 50-60 ans. Vous décidez ainsi de lancer une marque et une gamme de produits pour répondre à cette cible. »

L’offre proposée en GMS au rayon frais ou surgelé par les 4 starts-up devait contenir :

  • plat salé
  • plat sucré
  • 1 boisson
A l’issue de cette journée, 4 prix sont décernés :
  • Prix créativité innovation
  • Prix R&D salé
  • Prix R&D sucré
  • Prix global

4 équipes constituées de 4 étudiants DRACI et 4 étudiants LISAA

Des équipes en phase avec leur génération : pari sur le développement durable !

Sur un marché de plus en plus sensible aux arguments écologiques et notamment sur les emballages plastiques, les étudiants DRACI-LISAA ont souhaité proposer des emballages plus naturels, biodégradables, recyclables…

En effet, 3 équipes sur 4 se sont imposées, en plus des contraintes émise par la société Givaudan, une contrainte d’ordre environnemental, pensant anti-gaspi, packaging recyclable, compostable ! Une belle démarche.

La Start-up FEST’UP

Givaudan 3

La start-up bretonne, engagée, démarre en rappelant ouvertement la problématique des plastiques dans l’océan. Transparence, durable, local et breton sont les maîtres mots et le fil conducteur de cette équipe.

Des recettes au packaging, tout est pensé anti-gaspi :

  • les chutes de la pâte du plat salé serviront pour le dessert;
  • le plastique utilisé « vegeplast » pour une partie de l’emballage est un bioplastique réalisé à partir d’amidon de maïs et de blé compostable en 6 à 9 semaines
  • la bouteille est réutilisable et rechargeable en fontaine.

Ti-pikern

Ce plat aux ingrédients bretons se destine au marché de la finger-food et repose sur le principe :

  • d’un cornet de pâte de sarrasin et kasha contenant une préparation d’effiloché de porc au miel et cidre, accompagné de légumes racines et d’une chantilly de chèvre frais.
  • pour un coût matière par personne de 0.95 euros
  • se réchauffant 40 secondes à 900 watts au micro-onde

Ti-suning

Pour le dessert, Fest’up reprend les codes évoqués par Givaudan et les envies des baby-Boomers, la gourmandise et le traditionnel, en y ajoutant une touche ludique pour plus de plaisir !

Un dessert régressif et rassurant !

Car quoi de plus réconfortant qu’une madeleine, un caramel et une meringue ? Et pour les plus audacieux, une sauce lemon curd…

Fest’up a donc mis au point Ti-Suning :

  • une sucette de madeleine dont la tige est composée des chutes de pâte de sarrasin du plat salé
  • 2 sauces : crème lemon curd et caramel au beurre salé
  • 2 toppings : meringue et/ou crèpes dentelles
  • pour un coût matière de 0.79 euros

 

Le prix R&D sucré est attribué Fest-up, récompensant

  • un concept ludique et original  de madeleines à dipper dans l’usage de la finger-food,
  • la tendance au zéro-gaspi en réutilisant les chutes de pate du plat salé pour en faire les batonnets des sucettes,
  • l’originalité et l’harmonie des saveurs des toppings.

A noter que le packaging reste dans l’esprit ludique du plat : le choix s’est porté sur des pictogrammes pour notifier les ingrédients et la couleur orange du packaging renvoie à des émotions positives, à la gourmandise, à la chaleur.

Tipikern

 

La start-up AVANAMAHE

 

givaudan 2

Avanamahé ou l’invitation à se resservir, à découvrir de nouvelles choses et à partager des moments…

Cette seconde équipe a pour souhait de transmettre générosité, envie de faire et de voyager et rêver.

Le concept proposé est un menu dans sa totalité comprenant la boisson, le plat salé, et le plat sucré, le tout en mode « cuisine d’assemblage« . Tous les éléments composant le repas sont emballés dans des berlingots en papier kraft recyclable, présentés dans un bol en feuille de palmier biodégradable, fabriqué en Inde.

Plusieurs kits sont dévéloppés au gré des continents :

  • Avanasia : wok de saumon
  • Avanafrica : couscous royal
  • Avanamerica : chili con carne du Texas

Les matériaux utilisés pour les emballages sont sourcés de manière éthique et responsable :

  • Une feuille de palmier en guise de contenant, résistante à la chaleur, 100% compostable et biodégradable. La feuille de palmier tombée naturellement de l’arbre est brossée, lavée, pressée, moulée.
  • Le papier kraft des berlingots est biosourcé et biodégradable.

Avanasia

Avanasia est un kit de repas complet proposant :

  • 1 wok de saumon et sa palette de légumes
  • 1 cheesecake à la vanille au coulis nashi et Thé matcha
  • 1 boisson
Un wok de saumon conditionné sous atmosphère modifiée :
  • se conservant 7 jours en froid positif
  • se réchauffant 2 minutes au micro-ondes
  • composé de dés de saumon, pois gourmands, mini mais, sauce sésame et noisette, agrémenté d’un arôme Givaudan coriandre
  • pour un coût matière par portion de 2.68 euros
Le cheese cake à la vanille et son coulis nashi thé matcha est également conditionné sous atmosphère modifiée et se déguste froid. Il est réalisé pour un coût matières de 0.45 euros par portion.

 

Le prix R&D salé a été décerné à cette équipe. L’équilibre des saveurs assure un voyage asiatique en accord avec le menu proposé. La justesse des goûts et des textures, l’harmonie visuelle et gustative sont saluées lors de la remise des prix.

Avanamahé véhicule une image d’humanisme et ne souhaite pas communiquer via les réseaux sociaux auprès des consommateurs.

La start-up SAISONS

Givaudan 5

Start-up rennaise, Saisons casse les codes de l’alimentaire et assume son côté premium de par son visuel aux couleurs bleu nuit, lapis lazuli, et un emballage digne de la « bijouterie ». L’équipe se positionne sur une cible à « l’apogée de sa carrière » en proposant une box pour 4 à partager, et pratique ouvertement un prix d’écrémage, souhaitant se faire référencer chez Picard.
Saisons ? Si la couleur bleu nuit n’évoque pas la saisonnalité, ce sont les coffrets surgelés proposés qui le font. En effet, la start-up décline ses coffrets en 2 collections « saisons » :
  • Hiver/printemps
  • Eté/ automne
Dans la tendance néo-conservateur, Saisons propose dans ses box :
  • un suprême de pintade au jus corsé de volaille, un fondant de panais/noisettes et trilogie champêtre, accompagné d’un coulis d’ail noir
  • des mini tartes sablées à confectionner selon ses désirs : compote pomme/coings ou crème pâtissière vanille et tonka + topping 3 chocolats ou cacahuètes caramélisées
  • une boisson caviar floral grenade/orange sanguine

Outre ses recettes et ses choix d’ingrédients, Saisons capitalise sur le packaging pour revendiquer son côté haut de gamme :

  • coffret rectangulaire, une forme gage de qualité et ramenant à la rigueur
  • des formes géométriques pour l’élégance
  • couleur lapis lazuli, dont on connait des utilisations essentiellement en bijouterie, décoration et peinture
  • box en forme d’écrin, pouvant être réutilisé comme boîte à bijoux

Le « prix R&D boisson » a été décerné à cette équipe. Le concept de billes de fruits surgelés à diluer dans de l’eau ou dans un alcool a particulièrement plu au jury.

saison

La start-up RACINE

givaudan 4

Racine s’identifie à un groupe de « jeunes pousses » dont la première graine plantée est une box culinaire pour séniors de 50 à 60 ans, positionnée sur le segment du déjeuner, en ultrafrais et qui se revendique gourmande, durable et florale !

Racine a choisi comme fil rouge de ses créations la note florale. Marjolaine, lavande et hibiscus intègrent délicatement les recettes.

Une démarche respectueuse de l’environnement

Dans une démarche écologique, la box est composée de matériaux recyclables et compostables. La particularité repose sur le carton ensemencé du couvercle. A la manière du Do It Yourself, le consommateur crée son potager. Le bocal devient pot dans lequel on ajoutera le terreau, et le carton contenant les graines !

racines

Des recettes « minimally process » et durables !

La box de racine offre des recettes aux notes florales rassurantes, gourmandes et traditionnelles, ramenant le consommateur à ses souvenirs d’enfance :

  • Risotto champêtre de petit épeautre IGP
  • Délice de pommes
  • Elixir de grenade
Les ingrédients composant le risotto champêtre sont réfléchis en « zéro-gaspi » :
  • risotto de petit épeautre
  • émincé de poulet aux légumes racines
  • coulis de fanes de carottes
  • chips de peau de carottes
Il en est de même pour le délice de pommes, dont la compotée est réalisée avec la peau des fruits bios afin de limiter les pertes à l’épluchage. Le tout est ensuite mixé.
La start-up Racine, dont la cohésion d’équipe a été remarquée, remporte 2 prix pour cette édition du concours :
  • Le prix « Concept/Innovation » pour son concept innovant et dans l’ère du temps. La cohérence et l’unité du concept lui-même sur l’identité du plat, dessert, boisson sont saluées tant pour le visuel et la communication que sur la créativité culinaire.
  • Le « prix global » pour le coup de coeur du jury. En effet, le projet a vivement touché l’ensemble des acteurs agroalimentaires pour la stratégie de développement durable et le lien avec l’avenir de la planète.

Les étudiants ont répondu au brief de Givaudan sur les codes culinaires de la tradition, de la gourmandise et du non médicalisé. Pour autant, les Baby-boomers se reconnaitront-ils d’un point de vue marketing dans ces produits ? Pas si simple de cibler sans stigmatiser…

Restez informé.e en vous inscrivant à la newsletter